Pianiste et compositeur gaspésien établi à Québec, Vincent Gagnon est reconnu pour son sens mélodique, son goût pour l’improvisation et sa relation intime avec la voix et les textes.

Après une enfance et une adolescence entre le piano classique et les tables de ping-pong, il a brièvement bifurqué vers les sciences pour finalement revenir à la musique. Il a étudié le piano jazz avec Steve Amirault et Alan Broadbent. il a partagé la scène et le studio avec plusieurs jazzmen extraordinaires, dont Guillaume Bouchard, Michel Lambert, Géraldine Laurent, Dave Liebman, Michel Donato, Frank Lacy, Rich Perry, Normand Guilbeault, Michel Côté, André Larue, Pierre Tanguay, Alain Boies, François Côté et Jean Derome. Il a aussi collaboré avec des chanteurs, des poètes, des auteurs et des comédiens dont Keith Kouna, Raôul Duguay, Yann Perreau, Isabelle Blais, Patrice Desbiens, Claude Péloquin, Paule-Andrée Cassidy, Jennifer Tremblay, Tire le Coyote, Annie Poulain, Lou-Adriane Cassidy et Jacques Leblanc. Il a été finaliste en 2014 pour le Félix “Arrangeur de l’année” pour son travail avec René Lussier sur Le voyage d’hiver de Keith Kouna.

single-image

Photo Elias Djémil

En 2009, il a lancé son premier album, Bleu cendre. Stanley Péan, journaliste à la radio de Radio-Canada, l’a alors décrit comme « […] la révélation du Festival de jazz de Québec 2009 ». Il a remporté le Prix Étoiles-Galaxie de Radio-Canada au Festival de jazz de Montréal 2009)et le Prix Résidence – Ville de Québec à la Bourse RIDEAU 2010. Bleu cendre a également été en nomination au prix Opus du Meilleur album jazz, ce qui fut aussi le cas de son second album, Himalaya (2012). Il a lancé en 2014 un troisième album, Tome III – Errances, reçu avec enthousiasme par les critiques au Canada et aux États-Unis, qui lui a même valu un article dans le légendaire magazine jazz Downbeat.